Implémenter une démarche RSE dans mon entreprise : par quoi commencer ?

  • RSE

    5 mai 2022

Comment implémenter une démarche RSE

La démarche type de responsabilité sociétale ou RSE n’existe pas. Pour cause : chaque entreprise adresse des enjeux sociaux, environnementaux et de gouvernance propres à ses activités. Il peut donc paraître difficile de se lancer. Néanmoins l’entreprise, quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité, entreprendra les mêmes étapes au moment d’implémenter sa démarche. C’est cette phase essentielle qui lui permettra d’identifier ses axes de travail, dimensionner son projet, et ainsi, y voir plus clair !

L’étape préalable de cadrage : vers où veut-on aller ?

Ici, il s’agira de se poser plusieurs questions. Premièrement, en tant que dirigeant, quels sont les facteurs de motivation à me lancer dans la démarche ? Engagement personnel, besoin de structuration, conformité réglementaire, stratégie de différenciation ou adaptation à de nouvelles attentes sur le marché ? Selon les raisons qui poussent l’entreprise à développer sa RSE, la direction à prendre sera différente. Viser l’obtention d’un label ou d’une certification peut être par exemple un choix pertinent si la volonté est de structurer sa démarche et/ou de faire reconnaître ses engagements auprès de ses parties prenantes. Un benchmark sera alors utile pour choisir la certification correspondant le mieux au profil de l’entreprise.

À cette première question stratégique, s’ajoute ensuite des interrogations plus opérationnelles : quel est le périmètre de la démarche, a-t-elle vocation à s’appliquer à toute l’entreprise ou à se concentrer sur des entités précises ? Quel budget peut-on y allouer et a-t-on les ressources humaines adéquates pour la guider ? Une démarche de responsabilité sociétale nécessitant  en effet des moyens financiers et humains pour permettre un ROI à long terme.

Par ailleurs, c’est ce temps long qui doit guider la stratégie de responsabilité sociétale. Ainsi, il convient finalement de s’interroger sur la stratégie ‘business’ de l’entreprise pour que les deux puissent s’aligner, et ne pas se contredire dans leurs objectifs.

L’étape de diagnostic : pour le moment, où en est-on ?

Afin de déterminer les grands axes de travail, cette phase consistera à identifier d’une part, les enjeux RSE spécifiques au secteur d’activité de l’organisation et d’évaluer son niveau de maturité pour chacun d’eux, et d’autre part, les réglementations qui lui sont applicables en la matière.

Pour bien démarrer l’évaluation de maturité RSE, l’entreprise devra prendre soin d’identifier l’ensemble de ses parties prenantes à l’aide d’une cartographie. Celle-ci regroupera toutes les organisations et les individus ayant un ou plusieurs intérêts dans une décision ou activité de l’entreprise : investisseurs, clients, collaborateurs, représentants syndicaux, autorités publiques et locales, partenaires, etc. L’analyse de cette cartographie permettra ensuite de juger du niveau d’intérêt et d’influence de chacune. Aussi il sera utile de réaliser un benchmark sectoriel : sélectionner 3 à 5 organisations concurrentes et consulter les données communiquées par ces dernières en termes de RSE. Cela permettra à l’entreprise d’identifier des enjeux communs et des bonnes pratiques.

Le cœur de l’évaluation de maturité consistera ensuite en un diagnostic de performance ISO 26000. Cette norme internationale établit des lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale des organisations, et définit de quelle manière celles-ci peuvent et doivent contribuer au développement durable. Il s’agira de réaliser une analyse des forces et des faiblesses de l’entreprise face aux questions centrales de l’ISO 26000 et de leurs domaines d’actions. Les résultats de cette évaluation viendront révéler les priorités de l’organisation pour la construction de sa démarche RSE.

Et ensuite ?

Sur la base des activités de cadrage et de diagnostic, succèderont ainsi une phase d’élaboration de la stratégie RSE, afin d’acter les engagements et les objectifs que l’entreprise souhaite se fixer. Puis s’ensuivra la phase de pilotage, consistant en l’allocation des ressources et des responsabilités, ainsi qu’en la construction et le déploiement d’un plan d’action. En parallèle, des actions de valorisation de l’entreprise devront être réalisées auprès de ses parties prenantes pour garantir son efficience.

bonnes pratiques conseil ISO 26000 rse
Contactez nos experts pour en savoir plus.
Nos spécialistes sont à votre disposition pour discuter de vos besoins métiers et de la façon de collaborer avec nous pour libérer votre potentiel.
Ségolène Cren

Ségolène Cren

Service Line Manager RSE