Journée internationale des droits des femmes : Who runs the World ?

  • Actu

    8 mars 2024

Une journée, Des vies, Des défis :

Plus qu’une date, la journée internationale du droit des femmes du 8 mars est l’occasion de remettre la femme au cœur de nos enjeux de société. Enfin sous le feu des projecteurs, c’est un peu notre The Voice, où en plein triomphe, les jurys se retournent et nous acclament : « Je dis Oui ! Oui ! Oui ! » Ah non ! Ça, c’est Danse avec les Stars.

 

La Journée internationale du droit des femmes, ça vient d’où ?

L’instigatrice est une journaliste allemande du nom de Clara Zetkin, qui profitera de la seconde Conférence internationale des femmes en 1910, pour appeler les femmes du monde à célébrer une journée en faveur de leurs droits. Plusieurs vagues féministes auront ensuite lieu entre 1910 et 1960. Toutefois, c’est seulement en 1977 que les Nations Unies officialisent cette journée, invitant tous les pays à célébrer une journée en faveur des droits de la femme.

Clara Zetkin a proposé de créer une journée internationale des droits des femmes.

Clara Zetkin vers 1890

 

 

Pourquoi le 8 mars ?

La date du 8 mars est proposée en rappel de la Journée internationale des ouvrières, qui a eu lieu le 8 mars 1913, alors que les femmes russes épuisées demandaient « du pain et la paix ». C’est ainsi que la date est devenue de plus en plus symbolique du combat pour les droits des femmes tout au long du 20e siècle.

En 1982, la ministre déléguée aux droits des femmes en France, Yvette Roudy, proposa au gouvernement de François Mitterrand de statuer en faveur du 8 mars comme Journée internationale des droits des femmes. Depuis, la France (comme de nombreux pays) célèbre chaque année cette journée à cette date.

Yvette Roudy, ministre déléguée aux droits des femmes sous François Mitterand, donne un discours à l'assemblée

Yvette Roudy, ministre déléguée aux droits des femmes sous François Mitterand

 

Que représente cette journée pour les femmes ?

La Journée internationale du droit des femmes est un rappel des droits humains de base : l’égalité entre les êtres humains (politique, civile, sociale), que l’on retrouve dans de nombreux textes politiques ou philosophiques qui nourrissent la base de nos principes fondamentaux.

Une lutte, un symbole.

C’est le symbole d’une lutte. Une lutte contre les violences sexistes et sexuelles, et pour défendre les droits sexuels, la santé sexuelle et reproductive. Une lutte pour l’égalité professionnelle, la parité, et la représentativité dans nos sociétés ou nos instances de décision. Comme tout symbole, c’est donc une opportunité de mettre en lumière nos droits, nos idées, nos corps, nos vies… À travers cette journée de manifestation, les femmes peuvent manifester, sensibiliser, interroger les décideurs politiques pour revendiquer plus d’égalité en droits et améliorer leur quotidien.

 

Et les résultats dans tout ça ?

Les actions menées depuis cette fameuse convention de 1910, et bien sûr l’instauration de cette journée dédiée aux actions et à la réalisation de la place des femmes dans notre société, ont permis de nombreuses avancées : l’intégration d’une loi dans la Constitution de 1946, et depuis l’évolution de la réglementation en faveur du droit des femmes à travers l’égalité de rémunération, la discrimination sexuelle, l’obligation de représentation équilibrée au sein des instances représentatives du personnel dans l’entreprise, les quotas aux postes de directions, le congés parental, l’amélioration vie professionnelle/vie personnelle, entre autres.

Poster de propagande des années 1940 à destination des femmes américaines

Poster de propagande américaine, 1943

 

Des avancées oui, mais le combat continue :

L’édition 2024 met l’accent sur le thème « Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme » via 5 axes d’actions.

  • Investir en faveur des femmes : une question de droits humains
  • Mettre fin à la pauvreté des femmes
  • Mettre en œuvre un financement tenant compte du genre
  • Passer à une économie verte et une société de soins
  • Soutenir les agents de changement féministes

En cette année 2024, la France se positionne d’ailleurs en modèle pour l’évolution des droits des femmes, à l’inverse de plusieurs pays conservateurs, en prenant la décision d’inscrire dans la Constitution le 4 mars la liberté garantie pour l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG).

Lundi 4 mars 2024, le Parlement s’est réuni à Versailles pour inscrire explicitement dans la Constitution la liberté de recourir à l’avortement

 

Finalement, le 8 mars c’est un peu comme une alarme de téléphone qui vient vous rappeler qu’il est l’heure de vous lever, un repère pour rappeler les actions menées depuis des générations, au quotidien, par des milliers de femme de toutes origines. Un repère aussi pour continuer à évoluer et pour s’enjoindre à faire mieux . La position des femmes dans nos sociétés et leurs droits restent fragiles.

Éduquer les nouvelles générations à améliorer leur comportement et leurs actions envers les femmes par le respect, la considération, l’égalité, est semble-t-il l’un des défis majeurs à venir.